Rechercher
  • Daniel Corones

150 000 enfants maltraités

Environ 150 000 enfants autochtones, âgés de 4 à 18 ans, ont fréquenté les pensionnats indiens des années 1880 aux années 1990. En vertu de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens (2006), chaque ancien élève devait recevoir 10 000 $ pour la première année de scolarité et 3 000 $ pour chaque année suivante. Donc, si vous y êtes allé pendant 11 ans, vous recevrez un paiement de 40 000 $ du gouvernement.

Il s'agissait d'un processus de règlement des réclamations pour abus sexuels, pour sévices physiques et psychologiques graves. Beaucoup de membres du personnel étaient des prédateurs sexuels, et beaucoup d'élèves ont été victimes d'abus sexuels.

" Nous ne pouvions pas parler pendant certaines heures et nous devions nous taire, même s'il y avait des abus sexuels dans le lit d'à côté, nous devions rester silencieux à ce sujet. Nous avons tous été témoins de diverses formes d'abus sexuels lorsque nous étions enfants. Vous avez 100 lits dans un dortoir, tous entassés les uns contre les autres, et les prêtres, les religieuses et les autres missionnaires laïcs vont de lit en lit. On s'allongeait et on faisait semblant de dormir quand quelque chose comme ça arrivait et qu'on voulait s'assurer de ne pas être la prochaine personne." - Dennis White Bird (Il a passé neuf ans au pensionnat indien de Sandy Bay, au Manitoba.

"J'ai vu des enfants indiens se faire frotter le visage dans des excréments humains... La punition normale pour les pisseux, habituellement un des plus petits garçons, était de se faire frotter le visage dans sa propre urine. - Russ Moses (connu par le #12)

"Je me suis battu, je me suis battu et je ne sais pas combien de temps ça a duré, je me suis juste battu et très vite, il a juste, je ne sais pas ce qu'il a fait, il m'avait retenu d'une manière ou d'une autre. Et quand cela s'est produit, il m'a abusée sexuellement, il m'a pénétrée et j'étais juste, tout ce dont je me souviens, c'était juste une douleur. Une douleur était juste forte. C'était vraiment douloureux et je me souviens que le jour suivant, j'étais un enfant très, très en colère." - Richard Morrison

"Ils l'ont attaché par les chevilles et ils l'ont attaché au registre [de chaleur] et ils l'ont mis à la fenêtre avec un manche à balai enfoncé dans le cul. Et j'ai été témoin de ça." - Raynie Tuckanow

Des atrocités généralisées ont été commises dans les écoles, y compris des abus sexuels, physiques, psychologiques et émotionnels et le vol de notre identité culturelle. Les causes et les effets de ces pensionnats ont fait en sorte que les abus se poursuivent aujourd'hui dans nos communautés tribales.

Aucune somme d'argent ne peut restaurer les années d'enfance volées, ni effacer les souvenirs des sévices subis. Nous devons être en mesure de trouver un endroit sûr pour discuter de nos abus et des traumatismes intergénérationnels que nous avons subis, afin d'entamer le processus de guérison. Et être prêts à discuter de ces actes terribles au sein de nos communautés, avec notre famille, et surtout avec nos enfants. La violence n'est PAS acceptable et le silence ne fait qu'enfoncer la douleur plus profondément dans notre âme.