Rechercher
  • Daniel Corones

Autorisation de circuler sur sa terre

Dernière mise à jour : 4 nov. 2020

Rare document de la répression indigène ~ Au cours du 19e et du début du 20e siècle, le gouvernement américain a tenté de contrôler les déplacements des Amérindiens hors de ce qui était essentiellement des prisons terrestres, des réserves. Comme les Amérindiens n'ont pas obtenu la citoyenneté américaine avant 1924, ils étaient considérés comme des " pupilles de l'État " et se voyaient refuser divers droits humains fondamentaux, y compris le droit de voyager. Le Bureau des affaires indiennes (BIA) a découragé les activités hors réserve, y compris le droit de chasser, de pêcher ou de visiter d'autres tribus pour renforcer les liens de parenté et les cérémonies établis de longue date.

Par conséquent, le BIA a institué un " système de laissez-passer " conçu pour contrôler les déplacements des Autochtones.

Ce système exigeait que les Autochtones vivant dans les réserves obtiennent un laissez-passer d'un agent autochtone avant de pouvoir quitter la réserve. De plus, on ordonnait souvent aux agents de limiter le nombre de laissez-passer qu'ils délivraient pour les déplacements hors réserve. Les autorités non autochtones ont invoqué comme raison de cette limitation le fait que les autochtones munis de laissez-passer dépassaient souvent les délais qui leur étaient imposés. Lorsque cela se produisait, les militaires étaient fréquemment appelés à forcer les Autochtones à retourner dans leurs réserves.

En avril 1863, le surintendant J. W. Perit Huntington a forcé 500 Amérindiens à revenir de la vallée de la Willamette qui avaient " violé " le système de laissez-passer, et a estimé que jusqu'à 300 Amérindiens se trouvaient encore dans la région sans " autorisation " des États-Unis sur leurs propres terres traditionnelles. Alors qu'il tentait de mettre en place ce système de laissez-passer, le Bureau des affaires indiennes (BIA) a reçu de nombreuses plaintes d'agents indiens concernant des Autochtones qui voyageaient " sans autorisation ".

Beaucoup se sont plaints que les Amérindiens tuaient le gibier simplement pour le sport et qu'ils prenaient les peaux. D'autres colons se plaignaient du fait que les Autochtones restaient trop longtemps dans les réserves voisines tout en négligeant leurs tâches agricoles à la maison.

En décembre 1893, le gouverneur John E. Osborne, du Wyoming, écrivit une lettre à la BIA pour protester contre le départ " illégal " des Autochtones des réserves de Fort Hall, Lemhi, Wind River et Crow. En réponse, le commissaire envoya une note à tous les agents autochtones, déclarant que les Autochtones qui désobéissaient au système de laissez-passer seraient arrêtés et punis par les représentants de l'État. D'autres règles furent également mises en place à cette époque. Par exemple, les agents autochtones devaient maintenant aviser les autres réservations de l'heure de départ des autochtones, des noms des autochtones et de la route qu'ils comptaient suivre.