Rechercher
  • Daniel Corones

Aveugle et sourd

- Les torts de ces pauvres malheureux montent au ciel pour demander vengence !"


~ Sir John Macdonald est en train de perdre la réputation qu'il a longtemps tenue parmi ses admirateurs comme un homme de "bon coeur", et de gagner à la place une infamie comme celle de Néron. On peut penser ou non que le vieux monstre romain aurait pu suggérer de rendre la misère des pauvres Indiens du Nord-Ouest pire qu'elle ne l'est ; il n'aurait pu que s'informer qu'ils étaient affamés, trompés, outragés et démoralisés, puis s'asseoir dans le luxe pour profiter du savoir. On ne peut pas supposer que Sir John MacDonald, pour l'instant, apprécie réellement les souffrances des êtres malheureux dont il a la charge, mais il les connaît - peut-être mieux que tout autre homme à Ottawa - et il ne fait rien pour les soulager. Les " entrepreneurs ", dont le porc pourri et la farine puante ont tué de nombreux pauvres affamés, sont autorisés à poursuivre leur escroquerie - en mettant dans leurs poches de voleurs le plein prix de la nourriture saine ; les fonctionnaires, dont la convoitise bestiale a accablé les tribus indiennes de maladies et de mort, sont autorisés à poursuivre leur travail diabolique tout en tirant leur salaire du trésor d'un peuple chrétien. Sir John Macdonald a-t-il le cœur assez solide pour supporter ces iniquités sans avoir à remuer la main ou la langue pour y mettre fin ? ~ Journal Grip, Toronto, Ontario, Canada. 19 juin 1886.

" aveugle ET SOURDS ! - Les torts de ces pauvres malheureux montent au paradis pour vengeance !"


~ Sir John Macdonald est d'une façon juste de perdre la réputation qu'il a longtemps tenue parmi ses admirateurs comme un homme de "bon coeur," et de gagner à la place une infamie comme celle de Néron. Nous pouvons penser ou rien que le vieux monstre romain aurait pu suggérer pour rendre la misère des pauvres Indiens du Nord-Ouest pire qu'elle ne l'est ; il ne pouvait que s'informer qu'ils étaient affamés, trompés, indignés et démoralisés, et puis s'est assis dans le luxe pour profiter de la connaissance. Ce n'est pas encore le cas de Sir John MacDonald. profite en fait des souffrances des êtres malheureux qui sont sous ses soins, mais il les connaît - peut-être mieux que n'importe quel autre homme à Ottawa - et il ne fait rien pour les soulager. Les " entrepreneurs ", dont le cochon pourri et la farine puante ont tué beaucoup d'un pauvre malheureux, sont autorisés à continuer avec leurs passe - mettre dans leurs poches voleurs le prix complet d'une nourriture saine ; les officiels. dont la luxure a submergé les tribus indiennes avec la maladie et la mort, sont autorisées à continuer dans leur travail diabolique tout en tirant salaire de la trésorerie d'un peuple chrétien. SirJohn Macdonald a-t-il un coeur du tout, qu'il puisse supporter ces iniquités sans remuer une main ou une langue pour les finir ? ~ Grip journal, Toronto, Ontario, Canada. 19 juin 1886.