Rechercher
  • Daniel Corones

Enfant indien à vendre

"DOCUMENT SIGNÉ POUR LA VENTE D'UN GARÇON INDIEN".

Philadelphie, 3 avril 1708. Signé par Thomas Pryor qui est né dans le Hertfordshire, en Angleterre, en 1669, et a déménagé en Pennsylvanie où il a fait fonctionner une machine à moudre le grain pour tamiser la farine, la semoule, etc. dans le canton de Solebury, dans le comté de Bucks. Cette pièce écrite documente la vente, pour la somme de "quarante livres d'argent courant ... payées par Toby Leech", d'un jeune Indien. Le document indique que Pryor "a négocié, sould [sic] et livré ... à Toby Leech un garçon indien appelé Harford, To Have and to Hould [sic]".

~ L'esclavage des Indiens d'Amérique était pratiqué par les Anglais dans les Carolines qui vendaient les captifs des Indiens d'Amérique en esclavage dans les plantations anglaises des Caraïbes. On estime que le nombre d'Amérindiens du sud-est de l'Amérique vendus dans le cadre du commerce d'esclaves britannique de 1670 à 1715 se situe entre 30 000 et 50 000. Des milliers d'Indiens ont été exportés depuis des ports comme Boston et Salem et, à une échelle beaucoup plus réduite, par les Français depuis la Nouvelle-Orléans. Les milliers d'autres qui n'ont pas été exportés de leur région ont vécu leur vie comme esclaves dans les plantations en Virginie ou comme ouvriers agricoles dans le Connecticut. Bien que l'ampleur de l'esclavage indien soit faible par rapport à la traite des esclaves africains, il est à noter, par exemple, que de 1670 à 1717, beaucoup plus d'Indiens d'Amérique ont été exportés de Charleston que d'Africains n'en ont été amenés. Les chercheurs connaissent depuis longtemps la traite des esclaves indiens, ce document existe en tant que témoignage de l'étendue massive de ce commerce et de son rôle central dans la vie des premiers Américains et dans l'économie coloniale. Bien que les reçus de vente d'esclaves ne soient pas rares, ils portent généralement sur la vente d'un esclave africain et datent du XIXe siècle. Ce manuscrit est le premier à avoir été vu pour un esclave indien, et il est unique pour sa date de parution.