Rechercher
  • Daniel Corones

Fier de ses filles

Le leader de Kiowa Hunting Horse se tient avec ses filles dans cette photographie de J.V. Dedrick of Taloga, Oklahoma. Il a vécu jusqu'à 107. ans Deux éléments ressortent de cette photo. Le premier c'est que la culture des Premières Nations, contrairement à d'autres cultures, ne trouve pas que c'est une "malédiction" d'avoir des enfants de sexe féminin. On en est fier. Le second élément, c'est l'espérance de vie. On a fait croire aux occidentaux que le monde était moins bien avant et qu’il sera mieux après, que les gens vivaient moins longtemps avant et qu’ils vivent plus vieux maintenant. Les Premières Nations vivaient centenaires et il y a de nombreuses preuves qui viennent confirmer cette réalité. Cet effet de morts prématurés en Europe est totalement lié à l’anéantissement des ressources. Ce sont les continents tels que « le nouveau monde » qui ont sauvé les européens de la famine et qui a apporté la médecine des plantes. De nombreuses ressources importées du Nouveau Monde tels que la pomme de terre, le maïs, la courge et la tomate sont des aliments que les Premières Nations consommaient depuis des millénaires. La cuisine française ne seraot donc pas ce qu'elle est sans l'apport nutritif des Premières Nations. La délinquance était telle en Europe qu’on envoyait les détenus en Amérique pour les éloigner du continent européen. Ce rouleau compresseur idéologique c’est ce qui va amener l’humanité à sa perte. Il continue tout simplement sa route dans le progressisme économique et l’anéantissement des ressources de la Terre. Aucun frein. On nous fait croire que le « progrès économique » est infini. La prochaine étape sera d’emprisonner encore plus la soi disant civilisation libre.