Rechercher
  • Daniel Corones

Les affamer pour les voler

Les Premières nations sont mortes de faim pour faire place aux colons et au chemin de fer au Canada. Têtes de bison abattues et farcies prêtes pour la vente aux enchères en novembre 1911 Winnipeg, Manitoba, Canada. Les trophées étaient représentatives de l'un des derniers troupeaux de bisons des plaines canadiennes. Archives du Manitoba.


"...En effet, le premier ministre John A. Macdonald a déclaré :

"Nous faisons tout ce que nous pouvons, en refusant de la nourriture jusqu'à ce que les Indiens soient au bord de la famine, pour réduire les dépenses."


La nourriture se gâtait dans les entrepôts du Dominion alors que les Autochtones mouraient de faim et de maladie (un agent fédéral a même appelé tous les affamés de sa réserve à l'entrepôt pour leur distribuer de la nourriture, puis les a renvoyés chez eux en riant, qualifiant cette situation de poisson d'avril), les femmes se prostituaient pour obtenir de la nourriture et les ministres du gouvernement affirmaient allègrement que tant que les Premières nations s'attendraient à avoir de la nourriture, elles resteraient impuissantes ou, comme le cite Daschuk, " il n'était pas prévu que l'Indien devienne autonome ". Il devait seulement se tenir tranquille jusqu'à ce que le pays se remplisse, lorsque sa mauvaise volonté [celle des autochtones] pourrait être ignorée".


Des crânes représentant le dernier des grands troupeaux du nord de la boutique de taxidermie de buffalo. E.W. Darbey sur la rue Main, Winnipeg, Manitoba, Canada avec des crânes de bison sur le trottoir en 1911. Archives du Manitoba.