Rechercher
  • Daniel Corones

Les indiens meurent de faim

Mercredi 17 janvier 1895, Wilmot. Anthony Hemming apporte des nouvelles de souffrances indicibles parmi les Indiens de la réserve de Sisseton et Wahpeton pendant la dernière tempête. Il dit que Two Sons a dû tuer un poney pour ne pas mourir de faim, lui et sa famille. Avant la tempête, ils cueillaient les baies rouges qui poussaient sur les rosiers et les mangeaient. C'est tout ce qu'ils ont mangé depuis plus de deux semaines, et White Dog n'a rien mangé à part un cheval mort qu'il a trouvé et ramené chez lui l'autre jour. À Hoop Hollow, un enfant est tombé malade et est mort par manque de nourriture. Il n'y a pas de mots pour décrire la condition des Indiens, car ils n'ont aucun moyen d'acheter des vêtements pour se protéger du gel ou des provisions pour les empêcher de mourir de faim. Ils n'ont pas eu de marché de foin depuis juillet dernier et leurs récoltes, comme celles de leur frère blanc, ont été presque un échec total, et les criques sont sèches depuis les trois dernières années. Il n'y a rien à piéger pour l'Indien comme il le faisait auparavant et pas d'argent pour acheter le nécessaire pour vivre. Le gouvernement aurait dû leur verser un paiement mais cela n'a pas été fait. - Page 2. Le Daily Times Nouveau-Brunswick, New Jersey.