Rechercher
  • Daniel Corones

Loi sur le déplacement des Indiens

Une famille de Cincinnati, Ohio, regarde les familles de la nation Wyandot marcher dans les rues de Cincinnati pour monter à bord d'un navire à vapeur à destination du " Territoire indien ". Le croquis, dessiné par Henry Farny, a été publié dans le livre de William Dean Howells, A Boy's Town (1890).

Les séquelles de la Loi sur le déplacement des Indiens de 1830. Cette loi, inspirée par l'avidité des Blancs pour les terres autochtones, donnait à l'armée fédérale la permission de déplacer de force les tribus de l'Est vers le " territoire indien ", une zone peu peuplée située pour la plupart dans ce qui est aujourd'hui l'État de l'Oklahoma. Le président Andrew Jackson a justifié cette loi en affirmant que la réinstallation des autochtones sur cette terre à l'ouest du Mississippi permettrait de réduire au minimum les conflits entre autochtones et blancs. Le déplacement tragique de la tribu Cherokee, qui a entraîné la mort de milliers de personnes alors qu'elles se rendaient à pied à leur nouveau domicile, est connu sous le nom de "Trail of Tears". Les tribus de l'Ohio, qui vivent toutes dans la partie nord de l'État, et celles de l'Indiana ont également été contraintes de déménager.


Des centaines d'indigènes sont passés par Cincinnati lors de leur voyage vers l'ouest. Au cours des années 1840, les Cincinnatiens ont été témoins du passage d'importants groupes d'Autochtones. Certains sont restés pendant un certain temps au centre-ville. Les activités des Indiens ont fait l'objet d'articles dans les journaux locaux.

Le 19 août 1843, environ 650 Wyandot du comté de Crawford, en Ohio, sont arrivés dans une longue procession " mélancolique " avec des chariots et des chevaux. Un chroniqueur a observé que les Wyandot "n'étaient qu'un triste spécimen du 'Noble Indien', dont les traits, l'histoire, la poésie et le romantisme ont rempli notre esprit d'admiration". Le groupe a campé pour la nuit au débarcadère des bateaux à vapeur et a embarqué le lendemain matin sur le Nodaway et la Republic. Pendant leur bref séjour, de l'" eau de feu " a été " généreusement " donnée à beaucoup d'entre eux. Un jeune Indien en état d'ébriété est tombé à l'eau et s'est noyé. "Et qui," demanda un journaliste, "est autorisé par cette ville chrétienne à distribuer la mort à l'Indien fatalisé ?"

Dans Stories of Ohio, Howells a écrit qu'alors qu'il était enfant à Hamilton au début des années 1840, il a " vu le dernier des Indiens de l'Ohio traverser la ville sur trois bateaux de canal " et " sortir de la terre qui ne les connaîtrait plus à jamais ".