Rechercher
  • Daniel Corones

Passez à autre chose...

"Move On !, Has the Native American No Rights that the Naturalized American is Bound to Respect ?" ("Passez à autre chose !", l'Amérindien n'a-t-il pas de droits que l'Américain naturalisé est tenu de respecter ?), 22 avril 1871.

- Un policier ordonne à un Amérindien de "passer à autre chose" depuis le bureau de vote. Comme les Amérindiens n'ont obtenu la citoyenneté américaine qu'avec l'adoption de la loi sur la citoyenneté indienne en 1924, ils étaient considérés comme des pupilles de l'État et se voyaient refuser divers droits fondamentaux, notamment le droit de voyager et de voter pleinement aux élections fédérales. Près de 97 ans après la publication de la caricature de Harper remettant en question l'équité de la négation du droit de vote des peuples autochtones, les Amérindiens ont obtenu le droit de vote à part entière aux États-Unis en 1967.

"...Le pays à cette époque n'était pas nécessairement prêt pour que les Amérindiens deviennent des citoyens. Le sénateur Jacob Howard du Michigan a déclaré : "Je ne suis pas encore prêt à adopter un acte de naturalisation radical par lequel tous les sauvages indiens, sauvages ou apprivoisés, appartenant à une relation tribale, deviendront mes concitoyens et iront voter avec moi..." - Sénateur Jacob Howard du Michigan. Congressional Globe 1866.

"il y a une grande masse de la population indienne qui est clairement soumise à la juridiction des États-Unis et qui ne devrait pas être incluse en tant que citoyens des États-Unis... le mot "citoyen", s'il leur était appliqué, ferait venir tous les Indiens Digger de Californie" - James Rood Doolittle du Wisconsin. 1890.

Gravure sur bois de Harper's Weekly, 9 1/2 "h x 14 1/2 "l.