Rechercher
  • Daniel Corones

Publicité pensionnats 1924

"CE QUE LE CANADA FAIT POUR SES ENFANTS NATIVES", le 25 octobre 1924.

- En 1907, Samuel Blake, un avocat réformiste de l'Église anglicane, avait déclaré au ministre des Affaires indiennes que " le nombre effroyable de décès chez les jeunes enfants... rapproche de façon désagréable le Ministère de l'accusation d'homicide involontaire ". Le ministre était imperturbable. Le rapport annuel du ministère pour cette année-là ne faisait aucune mention de l'accusation de Blake, bien que Frank Pedley ait déploré " les influences retardatrices et rétrogrades du foyer sur les élèves " et " l'hostilité

qui résulte de la superstition." Les familles, une fois de plus, s'avéraient être une mauvaise influence. L'échec, une fois de plus, était la faute des Indiens.

Blake a écrit au bureau du procureur général à Edmonton pour obtenir des détails sur la " question indienne " en Alberta. En mars 1908, A.Y. Blain, l'inspecteur des bureaux juridiques de la province, répondit à Blake qu'il avait maintenant rencontré tous les membres de la législature "et s'était fait un devoir d'obtenir tous les renseignements que je pouvais sur les Indiens auprès de ceux des députés qui avaient des réserves dans leur district ou à proximité". Il avait également consulté d'autres Albertains. Les résultats étaient décourageants. "Je pourrais dire, écrivait Blain, que la plupart de ceux avec qui j'ai parlé ne sont pas, je crois, très en sympathie avec l'Indien, ni avec les efforts pour améliorer sa condition. Ils le considèrent comme une sorte de parasite qui devrait être exterminé."