Rechercher
  • Daniel Corones

Reconnaitre les droits autochtones

Bien avant l'avènement des plateformes de médias instantanés, nous nous sommes organisés et nous sommes révélés pour défendre notre avenir en tant que peuple autochtone. En 1981, à l'âge de 13 ans, nous nous sommes inscrits à la Plains Indians Cultural Survival School de Calgary. J'étais l'un des plus de cinq mille personnes qui se sont rendues à Edmonton ce jour-là.

L'école nous a permis, à nous les élèves, d'assister à la manifestation de masse. Il y avait un convoi de plusieurs kilomètres qui se rendait à Edmonton ce matin-là, la participation était étonnante, je me souviens d'avoir ressenti une immense fierté de faire partie de cet événement et de prendre position pour défendre les droits des Autochtones.


~ Edmonton Journal's : This Day in Journal History, 19 novembre 1981


~ " Le premier ministre Pete Lougheed a regardé 5 000 autochtones marcher vers l'assemblée législative lors de la plus grande manifestation jamais organisée contre son gouvernement. Cependant, Lougheed a dit à la foule qu'ils avaient peut-être " parcouru beaucoup de kilomètres pour la mauvaise raison ".


La foule a demandé la reconnaissance des droits ancestraux et issus de traités dans la Constitution. Le premier ministre a insisté pour que l'accord constitutionnel protège les droits autochtones existants. Pour le prouver, il a lu l'article 25 au son de cris de colère.

De nombreux dirigeants autochtones avaient dit qu'ils aimeraient que l'article 25 soit remplacé par un article qui comporterait des garanties plus solides et plus précises.

Les signes ont été ponctués par le tonnerre des tambours traditionnels, des cris et des applaudissements à mesure que les intervenants votaient pour continuer à se battre jusqu'à ce qu'Ottawa reconnaisse les droits des peuples autochtones. Le chef Howard Mustus de la nation sioux Alexis Nakota, à environ 80 kilomètres au nord-ouest d'Edmonton, a déclaré qu'il avait déclaré un " jour de désastre " et qu'il avait fermé la réserve. Mustus a amené les trois quarts des 400 habitants de la réserve au rassemblement à bord d'autobus scolaires nolisés.


" (Le premier ministre Pierre) Trudeau essaie de nous jeter aux chiens sans essayer de reconnaître la relation spéciale entre les Indiens et le gouvernement ", a déclaré le chef. " Tout ce que nous demandons au public, c'est d'appuyer ce qui nous est présenté - rien de plus.

" Via, Tanya Wastesicoot.