top of page
Rechercher
  • Daniel Corones

Retirer son fils du pensionnat

Lisez l'histoire d'un père qui a retiré son fils du célèbre pensionnat indien de Muscowequan un jour avant le 16e anniversaire de son fils.


" Ottawa, 13 janvier 1945.

M. R. S. Davis, agent des Indiens, Punnichy (Sask.)


J'ai en main votre lettre du 9e instant, dans laquelle vous faites référence au fait que Mathew Wolf a retiré son fils du pensionnat indien de Muscowequan.


Il est regrettable que le directeur de l'école de Muscoweguan ait permis au père de prendre le garçon ; mais, comme cela a maintenant été fait, nous ne voyons aucune raison de renvoyer le sien à l'école. Si une telle mesure était prise, elle ne ferait que causer des ennuis à toutes les parties concernées.


Cependant, le directeur de l'école de Muscowequan devrait être très clairement informé que les élèves ne devraient pas être autorisés à quitter l'école simplement parce qu'ils ont atteint l'âge de 16 ans. Vous remarquerez que l'article 10 (1) de la Loi sur les Indiens mentionne "l'âge complet de 16 ans", ce qui a toujours été interprété comme signifiant jusqu'à ce que l'enfant approche de son 17e anniversaire. De toute façon, nous n* avons pas autorisé le renvoi d* un élève simplement parce qu* il a atteint l* âge de 16 ans pendant l* année scolaire. Dans tous ces cas, nous estimons que l'enfant devrait terminer l'année scolaire, tant dans son propre intérêt que dans la conduite de tout pensionnat".


"Ma mère et ses frères et sœurs sont aussi allés à l'école [à Muskowekwan]. Quand la soeur de ma mère avait sept ans, une religieuse l'a poussée en bas d'un escalier et lui a brisé le dos. Elle est morte sur le coup. Tous les enfants étaient terrifiés à l'idée que la même chose puisse leur arriver. Ma mère ne m'a raconté son histoire qu'en 1993, quand elle a été paralysée par l'arthrite et à la fin de sa vie".

~ Leona Liberty, pensionnat indien de Muskowekwan, 1960-1966.


Le 5 février 2019

Une équipe des Premières nations et des chercheurs s'efforcent de trouver les tombes des enfants disparus d'un ancien pensionnat

Les archéologues aident à déterminer les emplacements des sites commémoratifs dans le cadre du projet visant à transformer l'édifice du pensionnat de Muskowekwan en musée. CLIQUER ICI >>



bottom of page